Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ixxx ETUDE

des valets italiens, il faut le reconnaître, et peut-être le regret- ter, car les valets de Corneille sont trop manifestemeut des com- parses; il n'ont pas l'entrain, le diable au corps, le génie des Scapin et des Mascarille. L'intrigue y perd en vivacité ce qu'elle y gagne en décence.

Un personnage bien antique, c'est celui de la nourrice, dont Corneille n'a pas cru pouvoir se passer dans ses premières comé- dies. Ici encore, sans doute, il adoucit les traits et ne réussit guère qu'à composer un personnage aux allures équivoques, dont le caractère manque de relief et le rôle de netteté. La nourrice de Mélite n'est plus l'entremetteuse imprudente de la commedia dell'arte; c'est une adroite surveillante, une cpuseillère e.xpéri- mentée, mais d'une expérience un peu suspecte. Elle n'intervient qu'assez indirectement dans l'action, et semble n'être là que pour faire mieux ressortir la passion désintéressée de la jeune fille par le contraste de sa froide sagesse :

Il a deuï fois le bien de l'autre, et davantage.

— Le bien ne touche point un généreux courage*.

Bien plus actif est le rôle, bien plus odieux le caractère de la nourrice dans la Veuve. Avide, elle reçoit de l'argent de toutes mains, mais n'agit qu'à sa guise, et trompe tout le monde. Écou- tez CG dialogue entre elle et Alcidon: ne croirait-on pas entendre une soubrette de Molière?

Nourrice, ce n'est pas ainsi qu'on se sépare.

— Monsieur, vous me jugez d'un naturel avare.

— Tu veilleras pour moi d'un soin plus diligent.

— Ce sera donc pour vous, plus que pour votre argent*.

Celte agente désintéressée ne manque ni de fioesse, ni de réso- lution; elle n'hésite pas à se prêter à l'enlèvement de Clarice, mais elle ne veut pas se compromettre, et s'arrange de façon à avoir le bénéfice de sa complicité sans en courir le danger. Qu'a-t-elle fait, après tout? Dans son trouble, elle a tenu embrassés les genoux de Clarice, la livrant ainsi aux ravisseurs

��1. Mélite, IV, 1. S. La Veuce, I, S.

�� �