Page:Corraze-College-Saint-Raymond-Auta-1944.pdf/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 15 —

QUI A RÉÉDIFIÉ LE COLLÈGE SAINT-RAYMOND ?

Avez-vous remarqué que notre collège a un aspect bien toulousain : deux autres monuments que nous admirons volontiers ont avec lui un air de parenté qui nous frappe ; ce sont le Donjon du Capitole, beaucoup trop restauré, et cette masse de briques, si chaudement patinée par les siècles, de l’ancien collège de Foix : tous trois se ressemblent par les quatre tours en encorbellement qui flanquent les angles de leur façade et les croisées gothiques qui les éclairent.

Or, ceux qui ont payé de leurs deniers la reconstruction du collège Saint-Raymond, au XVIe siècle, ont inscrit leurs noms sur la façade lumineuse du Midi.

Mon excellent collègue, M. Damien Garrigues, avec la rare qualité de sa documentation et la sagacité de son interprétation, vous a lu très correctement ces noms, je veux dire ces blasons.

Il y en a deux, le premier odieusement martelé, se trouve encastré au centre de la façade et sous la belle ligne de faux mâchicoulis qui couronne notre édifice d’une dentelle de pourpre ; le deuxième est fixé au-dessus de la porte d’entrée.

Ces deux blasons se répètent ensuite deux à deux, mais sous un format plus petit, au montant extérieur des croisées gothiques du rez-de-chaussée.

Le premier, celui du haut, trop martelé pour être lu, paraissait vouloir garder son secret. Mais un soir de ce dernier mois de janvier, par un froid soleil d’hiver, et grâce à je ne sais quel jeu de lumière, ou d’ombre, M. Guitard et moi, placés sans doute à l’endroit propice, nous avons vu tout à coup se dessiner très nettement sous nos yeux le château sommé de trois tours des de Saint-André qui blasonnent : « d’azur à un château sommé de trois tours d’argent maçonné de sable et surmonté de trois étoiles d’or ».

L’autre blason, celui qui se voit sur la porte d’entrée, est celui des d’Auxillon : « de gueules à trois roues de huit rayons d’argent accompagnées au point du chef d’une colombe volante d’or ». Pour devise, un jeu de mots amusant : « auxilium menm a domino ».

Que font ici, allez-vous me demander, les armes des de Saint-André et des Auxillon ?