Page:Crépet - Charles Baudelaire 1906.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


VI


.ETTIIES DE M"’ c ALPICK À CHARLES ASSELENEAU


[t868]. u Mon cher monsieur Asselineau,

» Pour répondre à ce que vous me demandez (i) au sujet du voyage de Charles, voici :

» D’abord, il faut que vous sachiez que mon mari, le général Aupick, adorait Charles. Quand il était enfant, il s’était beaucoup occupé lui-même de son éducation. Il était tombé sur une si belle intelligence, un esprit si curieux, si studieux, qui l’étonnait au dernier point, qu’il s’y attachait de jour en jour davantage.

» Quand sont arrivés les succès de collège, à Louisle-Grand, et les études terminées, il a fait pour Charles des rêves dorés d’un brillant avenir : il voulait le voir arriver à une haute position sociale, ce qui n’était pas

(1) Les renseignements dont Asselineau avait besoin pour sa Vie de Charles Beaudelaire. — Lettres communiquées par M. Gardet,