Page:Crépet - Charles Baudelaire 1906.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES DE M. DE CAL0NNE (i) 1.

u Mon cher collaborateur,

» Voici l’épreuve de vos vers. Tout va bien. Envoyezmoi votre opium. Vous savez que je suis seul pour tout lire et qu’il me faut un peu de temps.

» Mille compliments. » 9 Février.

2.

« Cher Monsieur,

» Vous m’envoyez des vers : c’est fort bien et je vous en remercie. Mais envoyez-moi donc aussi un peu de prose. Votre haschisch sera complètement oublié quand arrivera votre opium (a).

» Bien à vous. »

ii Mars.

3.

Paris, le 20 avril 18G0.

a Monsieur,

» Je trouve votre lettre très impertinente et elle devait me venir de vous moins que de personne. Si vous vous

(i) Communiquées par M. Albert Ancelle.

(2) Le Haschisch avait paru à la Revue contemporaine, dont M. de Calonne était directeur, dans le n° de septembre i858. Les Enchantements et Tortures d’un mangeur (V opium parurent, en deux articles, n° de janvier 1860*