Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t2.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


290 CHAPITRE VI. — LYRISME CHORAL

ainsi; mais on voit assez par l'ensemlile des fragments qu'il aimait à parler de lui; quelquefois avec la fierté d'un artiste qui sait sa valeur^ souvent aussi, comme dans les vers qui précèdent, de la manière la plus naïve. Il y a, dans cette habitude et ce goût des confidences, de la bonhomie et de la bonne grâce.

Alcman se servait du dialecte de Lacédémono K Sa langue n'est pas, comme celle de la plupart des autres poè- tes qui ont écrit à Sparte, une sorte de dorien abstrait et littéraire où l'imitation de la langue homérique tient la première place : c'est un dialecte très voisin du langage parlé, et qui reproduit quelques-uns des traits les plus caractéristiques de la prononciation Spartiate ^. Cette prononciation passait en Grèce pour rude et peu agréable; Alcman sut en tirer une exquise douceur ^ Il en usa d'ailleurs, sans aucun doute, avec quelque liberté : les poêles grecs étaient trop maîtres de choisir et de façonner leur langue en artistes pour qu'on puisse croire qu'il se soit asservi sans exception à toutes les habitudes du lan- gage parlé; mais il en resta du moins très près. Il diffère par là de ses successeurs et ressemble aux poètes de Lesbos. On voit sans peine quelle raison d'art l'y déter- mina : ce caractère populaire de sa langue convenait à la simplicité de son inspiration et à la destination toute locale de ses poésies. Un Terpandre, qui chantait des nomes à Delphes, s'adressait à un public panhellénique. Alcman composait ses parthénées pour la foule des Spar- tiates réunis au bord de TEurotas. Après lui, le lyrisme choral est presque toujours plus majestueux à la fois

!. Sur le dialecte d'Alcman. le travail le plus récent est une étude de M. Spiess, De Alcmanis poetœ dïalecto, insérée dans les Sludien zur griech, und lai. Grammalik, de Curtius et Brugman, t. X, p. 329 (1878).

2. Par exemple oriùv pour Oeôîv, ^[lev pour cTvat, xXevv6c pour xXciv6ci otc.

3. Paugan. 111, 15.

�� �