Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/165

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIALOGUE ET RÉGITS 153

tîence contre cette forme narrative, pourvu que le ré- cit fût lui-même une sorte de spectacle parlé. Les exposés des messagers pouvaient donc s'étendre longuement. Et toutefois, là aussi, il fallait bien s'assujettir aux condi- tions spéciales de la scène. Voilà pourquoi, comparés aux récits épiques, les récits tragiques se distinguent par des qualités propres. Ils sont plus concentrés, plus nette- ment divisés, ils mettent plus en relief les moments prin- cipaux, ils ont plus de pompe et d'éclat. Jusque dans ce domaine épique, la tragédie est tout autre chose que Té- popée.

Que le goût inné des Grecs pour la symétrie se soit fait sentir dans toutes les parties du dialogue tragique, cela résulte de ce qui vient d'être dit. Mais c'est une ques- tion encore, et peut-être une question insoluble, de savoir exactement jusqu'où ils ont poussé le groupement symé- trique ^

La symétrie exacte est évidente dans certains groupes de trimètres iambiques, insérés entre des parties chan- tées, de façon à former avec elles un tout^. Que ces tri- mètres fussent accompagnés eux-mêmes de musique, ou qu'ils ne le fussent pas, il est certain qu'ils devenaient un élément intégrant de la composition lyrique à laquelle ils se rattachaient. Il eût été contraire au rythme géné- rai que les intervalles entre les morceaux chantés ne fussent pas sensiblement égaux. En dehors de ce cas spécial, une symétrie voulue et fort exacte apparaît

1 . Voir en particulier sur ce sujet : H. Weil, Journal de l'Instruction publique, 1860, n<» 24, 25, 26, et les annotations du même savant dans ses éditions des tragédies d'Eschyle et d'Euripide; Wecklein, Philo- logus, XXXI, p. 133 et suiv. ; nombreuses dissertations de A. Lowinski dans les lahrhûcher fur elassische Philologie, à partir du tome 77 ; H. Keck, Litteratur ûber den symmetmschen Bau des Recitativs hei jEschylus, même revue, t. 81, p. 809; (Eri, Christ, Prien, Thesen Uber die scenische Responsion, Wiesbaden, 1877.

2. Eschyle, Suppliantes, 734 et suiv. ; Prométhée, 589 et suiv., etc.

�� �