Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


154 CHAPITRE IV. — LA TRAGÉDIE ET SES LOIS

avec évidence dans certaines parties du dialogue. La stichomythie en est en quelque sorte le type achevé. Quelquefois ce sont des groupes étendus qui se corres- pondent mutuellement. Dans la célèbre scène des Sept, où un messager fait connaître à Etéocle les sept chefs ennemis qui menacent la ville et où Etéocle à son tour fait connaître les sept chefs argiens qu il compte leur opposer, il y a une symétrie incontestable, soit entre les sept couples de descriptions ainsi constitués, soit entre les deux groupes dont se compose chacun de ces couples. La seule question est de savoir si cette symétrie était simplement approximative, comme elle Test dans l'état actuel du texte, ou absolument rigoureuse, comme elle l'est encore dans quelques parties^ Et au fond tous les doutes relatifs à la symétrie du dialogue se ramènent à cela. Pour quelques-uns, il n'y a de symétrie que celle qui est rigoureusement exacte, comme dans la musique; et cette sorte de symétrie, disent-ils, existe chez les tragiques grecs, plus ou moins altérée par les modifications du texte. Elle existe jusque dans l'intérieur des p'/j^etç, qui se subdivisent en morceaux d'égale étendue, entremêlés dans une combinaison toute lyrique. Pour retrouver ces symétries exactes, là où elles ne sont pas apparentes, on en vient presque nécessairement à établir dans beaucoup de passages des groupements de pensées qui sont arbi- traires, et parfois, en désespoir de cause, à supposer des lacunes ou des additions. C'est Tabus d'une idée juste. La musique seule a cette rigueur, parce qu'elle est assu- jettie à un compte de temps tout à fait exact. En dehors des parties chantées, une correspondance approximativedevait parfaitement suffire à satisfaire le goûtdu public. Dans la scène d'OEdipe roi entre Œdipe et Tirésias (v. 300), il est manifeste qu'au milieu du dialogue deux discours

1. Ritschl, Opusc. 1, 300 et saiv. Consulter en outre à ce sujet les principales éditions des Sept.

�� �