Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


154 CHAPITRE V. — ESCHYLE.

expositions ^ Cela est très injuste, sans être faux. La situa- tion en elle-même n'est jamais obscure; Eschyle excello au contraire à la définir brièvement et fortement. Ce qui est obscur, c'est ce que la puissance des dieux ou ce que les décrets de la nécessité tiennent en réserve. Encore sent-on immédiatement qu'ils tiennent quelque chose en réserve, et de là l'effroi ou la sympathie.

Une fois l'action engagée, cette obscurité voulue se dissipe de scène en scène, et la conception générale s'é- claircit progressivement. Tout, même les épisodes, sert de la manière la plus frappante l'intention philosophique du poète. — Dans les Perses^ que veut-il ? glorifier la Grèce sans doute, mais surtout montrer dans la défaite de Xerxès la chute nécessaire de l'orgueil humain. De ce point do vue dépend toute la structure du drame. Au début, toutes les raisons humaines d'espérer, mais, sous cet espoir, une inquiétude religieuse : c'est ce que déve- loppent et les chants du chœur et son entretien avec Atossa. Arrive le messager; son récit est une révélation : c'est un dieu qui a écrasé la puissance des Perses. Alors Atossa et les Fidèles invoquent Darius mort, et Darius apparaît. II est l'interprète des dieux pour le présent, et leur prophète pour Tavenir. Il rentre dans le tombeau, et les lamentations finales du chœur et de Xerxès nous mettent sous les yeux le spectacle même de la déchéance royale, l'orgueil humain abaissé, l'homme sous la main de Dieu. — En composant les Sept^ ce quia le plusfrappé le poète, c'est la puissance de la double malédiction, l'une héréditaire, l'autre récente, qui pèse sur les fils d'CE- dipe. Son drame traduit son idée. Par les chants du chœur, par les reproches d'iiltéocle aux femmes thébaines, par ses entretiens avec les messagers, il ne cesse de nous montrer l'inquiétude farouche, l'exaltation hautaine qui

1. Aristoph., Grenouilles^ 119 : 'AcraçYjç yàp r^s èv tyJ çpà9£( tûv icpay-

�� �