Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/207

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


STRUCTURE DE SES PIÈGES t9£t

agite Tâmc maudite du roi, en contraste avec l'effroi po- pulaire et les craintes religieuses du chœur. Tout cela aboutit naturellement à la sortie dramatique d'Étéocle, saisi soudain par un délire fatal. La fin du drame est Tac- complissement même des malédictions. — Dans Promé- thée^ une impression domine dès le début, l'âpreté du règne encore nouveau de Zeus. Chaque scène nouvelle la fait sentir davantage ; mais aucune plus vivement que Té- pisode d'Io, qui, sans cela, semblerait à peine lié au su- jet. — Parcourons ^n^iïxVOrestie, Comment estconstruite la tragédie à'Agamemnon'J La combinaisoa dramatique vise-t-elle à éclairer les caractères des personnages? Nul- lement, mais à nous faire voir, sous son aspect religieux, le renversement de la fortune d'Agamemnon. Son triom- phe emplit le début de la pièce, non sans un mélange de pressentiments sinistres; son arrivée pompeuse en forme le milieu; à la fin, son cadavre est étendu sous les yeux des spectateurs. Et là encore, un épisode, celui des pré- dictions de Cassandre, tout entier créé pour imprimer, dans les âmes ce que le poète ne croit jamais pouvoir faire sentir assez fortement. Dans les Choéphores, les nécessités du sujet enchaînent plus étroitement le poète; et toutefois une idée encore domine, et tout la fait ressor- tir : ce n'est pas une vengeance humaine qui va s'accom- plir, c'est un crime sacré, commandé par un dieu. Tout ce qui est en dehors de cette idée, nous le voyons réduit autant que possible. Les misères d'Electre, les péripéties et les joies de la reconnaissance, rien de tout cela n'est important pour Eschyle. Mais qu'on relise la grande scène lyrique entre Oreste, Electre et le chœur : comme les caractères de la vengeance qui se prépare y éclatent ! Et après, dans cette sorte de monologue d'Oreste, dans la double scène de meurtre, dans celle de la fin, partout la même impression. Le parricide est à la fois saint et im- pie ; il reste horrible, et il fait surgir de l'ombre les

�� �