Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SON INFLUENCE 223

drins, ses œuvres passent aux Romains, et elles revivent chez leurs poètes tragiques.

A rinfluence littéraire, si profonde, s'ajoute Tinfluence morale. Aristophane, dans une scène célèbre des Gre- nouilles *, a fait ressortir très vivement l'impression que les œuvres du grand poète avaient produite dans l'âme athé- nienne. On ne peut douter qu'elles ne Taîent en effet exal- tée merveilleusement. Et cette exaltation était pleine d'é- nergie. Quelle que fut la terreur qui pesait souvent sur ses drames, un idéal d'héroïsme s'élevait encore au dessus de tout. L'âme humaine, bien que soumise à un pouvoir su- périeur, semontrechez lui comme un ensemble de forces morales d'une puissance extraordinaire. On est saisi d'ad- miration envoyant, dans ses drames, tout ce que l'idée et la passion peuvent obtenir d'elle. Dans le crime ou dans l'affirmation du droit, dans l'action ou dans la souffrance, il l'a représentée comme capable d'un effort qui la fait vraiment grande. Entre tous les créateurs d'idéal, il n'en est aucun peut-être qui l'ait égalé à cet égard.

1. V. 1006 ot suiv.

�� �