Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


228 CHAPITRE VI. — SOPHOCLE

rinconnu. En fait de philosophie, celle de la vie com- mune a dû lui suffire. Les vieilles réflexions des poètes sur la destinée humaine formaient pour son usage un fonds de sagesse, que son expérience personnelle enri- chissait jour par jour d'observations particulières, mais qu'il n'éprouvait pas le besoin de dépasser. Encore moins se souciait-il d'agiter les questions obscures de l'origine et de la nature vraie des choses. Il y avait en lui une ha- bitude héréditaire de croyance tranquille*, qui semble l'a- voir tenu toujours en dehors des plus vives curiosités contemporaines.

Les années de pleine maturité de Sophocle furent aussi celles du plus large épanouissement du génie athénien. Après avoir assisté dans son enfance à la fin de la se- conde guerre médique, il vit, de trente à soixante ans, la puissance successive de Cimonet de Périclès. La vie était alors heureuse et brillante à Athènes, et il dut en jouir plus que personne. De grandes et belles choses se fai- saient au loin et dans la ville même. On y disputait à l'as- semblée publique sur de graves intérêts ; on bâtissait le Parthénon et les Propylées ; Phidias, Ictinoset Alcamène rivalisaient d'art et de génie. Les spectacles étaient pom- peux et tous cependant portaient la marque du bon goût et d'une élégance discrète. Les étrangers affluaient, de la Grèce d'Asie et de la Grèce d'Italie ou de Sicile : Athènes était vraiment le centre et le foyer de la vie hellénique; toutes les idées nouvelles convergeaient vers la grande cité, pour y prendre quelque chose de son caractère et s'y faire plus ou moins athéniennes.

Au milieu de ce mouvement et parmi tant d'occasions qui s'ofTraient aux ambitieux, Sophocle ne songea pas à se faire honneur autrement que par son art. « Dans les af- faires publiques, nous dit un de ses contemporains, il

1. Vie : riYOVE tï xal Ôeo^iXr,; 6 SoçoxXt); w; o'jx àXXo;.

�� �