Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SES PERSONNAGES 253

la psychologie dramatique que Part de Sophocle se dis- lingue le plus de celui d'Eschyle. Sa tragédie répond à un état moral de la société sensiblement différent. Autour de lui, la méthode d'analyse se forme. L'homme intel- ligent commence à s'étudier lui-même et à soupçonner la complexité de sa nature. Socrate, interprète d'un be- soin général, va faire de l'observation intérieure l'objet do la philosophie. Sophocle, en grand initiateur, le de- vance, dans la mesure où le drame qu'il a hérité d'Es- chyle en est capable.

11 est indispensable, pour le bien apprécier à ce point de vue, de tenir grand compte de la hiérarchie des rôles signalée plus haut. C'est chez lui en effet qu'elle so mon- tre dans toute sa perfection délicate. Comme toutes les lois de Tart, celle-ci sert le génie en certaines choses et le limite en d'autres. Toutes les remarques à faire sur les personnages du théâtre de Sophocle doivent être su- bordonnées à cette observation.

En raison du principe d'action choisi par lui, tous ses protagonistes ont une ferme volonté : Ajax, Antigone, Electre, (Edipe roi, Philoctète, Œdipe à Colone ; Déjanirc même, moins résolue au fond, l'est au moins pour l'acte capital de son rôle. En cela, ils ressemblent à certains protagonistes d'Eschyle, mais ils se distinguent forte- ment de quelques autres, tels qu'Atossa, Xerxès, Danaos, Oreste dans les Eiiménides^ en qui la souffrance l'emporte sur l'action. Ceux-ci étaient possibles dans une tragédie où les dieux agissaient ouvertement ; ils ne le sont plus depuis qu'il faut au premier plan un personnage hu- main qui mène le drame.

Comme chez Eschyle encore, cette volonté des prota- gonistes, chez Sophocle, apparaît toute formée au début do la pièce. Nous ne la voyons pas naître peu à peu, hé- siter, se reprendre, se chercher elle-même comme à tâtons. Ajax, Electre, Antigone, Œdipe savent nettement,

�� �