Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SES PERSONNAGES 255

en germe pour que l'esprit peu à peu, pressé par la dis- cussion, puisse en tirer des idées de plus en plus nettes qui éclaireront la volonté. Nous y reviendrons tout à l'heure. Mais il est bon d'insister sur ce point que la part de la sensibilité chez les protagonistes de Sophocle est as- sez riche pour caractériser tout d'abord leur décision. Dès qu'ils l'énoncent, elle les fait connaître, parce qu'elle ré- vèle en eux mille choses profondes qui l'expliquent. Le motif pour Sophocle n'est pas une idée abstraite superpo- sée au personnage ; il est ce personnage même, et il ne peut se montrer qu'empreint de tout ce qui lui est propre. Chez Antigone, l'idée du devoir prend une teinte reli- gieuse et mystique, et elle reste admirablement douce jusque dans sa résistance inflexible, parce que le fond de son âme est amour, douceur et religion. Chez Electre, la même idée a quelque chose de dur et d'acéré, trempée qu'elle est dans l'amertume d'un cœur aigri. Œdipe n'est pas un roi quelconque à qui s'impose un jour le devoir imprévu de rechercher un coupable pour sauver son peuple. C'est une nature impétueuse et tenace, confiante en sa force, fière d'elle-même et de ses succès ; dès que sa volonté entre en jeu, la passion de réussir s'y associe; il se jette tout entier à la poursuite de l'inconnu, moins en homme d'État qu'une raison supérieure conduit, qu'en chasseur ardent qui s'emporte. Chaque personnage fait ainsi ses propres motifs du métal même de son âme fondu au feu de la passion, et il les frappe à son effigie. De là une diversité d'autant plus admirable qu'elle n'a rien d'accidentel ni d'extérieur. Elle tient au fond même de la conception première et, par suite, elle la pénètre dans toutes ses parties.

Ce n'est pas tout. Non seulement les personnages de premier rang diffèrent les uns des autres dans l'ensemble du théâtre de Sophocle, mais chacun d'eux, dans son rôle, sans dévier de sa route, sans se contredire ni se

�� �