Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/293

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SA LANGUE 281

sonnelle, elle sort des conditions du drame. Chez So- phocle, cela n'arrive jamais ; car, dans ce langage vi- vant et varié, dont il est le maître incomparable, Tidée ne se sépare point du sentiment; elle apparaît, non abs- traite ni morcelée par une subtile analyse, mais comme sortant d'une âme, toute frémissante et toute colorée. Et pourtant cette mémo langue a aussi des ressources logi- ques, déjà nombreuses et variées, dont elle use habilement. Les preuves s'organisent, s'opposent les unes aux au- tres, se renforcent mutuellement, s'accumulent; les rap- ports des pensées sont marqués avec finesse et sûreté. En ce genre même, on ne peut nier qu'il n'y ait parfois chez Sophocle, comme chez Thucydide, un certain excès : il lui arrive, ainsi qu'au grand historien, d'être obscur en voulant être trop exact et trop précis.

Sa force pathétique, nous l'avons déjà mise en relief en parlant de son lyrisme. Mais il est indispensable d'ajou- ter que Sophocle, à la différence d'Eschyle, n'a pas be- soin du chant pour traduire la souffrance. Le simple langage parlé lui suffit : car sa langue, si savante dans l'expression des idées, est pourtant naïve et simple dans celle des émotions; et quand il faut peindre les grands déchirements de l'âme, elle est ardente et pathétique, elle trouve des mots qui vont au cœur, et elle les jette avec une hardiesse et une liberté admirables. Nulle trace alors de raideur antique, nulle emphase gênante ; une phrase irrégulière, d'une spontanéité saisissante, qui tantôt se prolonge en plaintes, tantôt se brise en sanglots et en imprécations ; de simples cris de douleur parfois; là des tours brusques, des mots entrecoupés, ailleurs des accu- mulations voulues, sous lesquelles apparaît le flot des sen- sations aiguës ou des sentiments déchirants. Sans doute cette liberté pathétique du langage semble s'être ac- crue peu à peu chez Sophocle par l'influence des exemples d'Euripide. Mais si l'on veut remarquer combien elle se

�� �