Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


303 CHAPITRE VII. — EURIPIDE

Ihèncs, vient avec lui consulter Toracle. Par une série de péripéties adroitement combinées, Xouthos croît que le jeune prêtre est né de lui et le traite comme son Ois. Creuse, d*abord égarée par la jalousie, veut faire périr cet étranger ; surprise dans la préparation de ce meurtre, elle Vil périr à son tour, quand la mère et le fils se re- connaissent. Athéna vient au nom d'Apollon confirmer à Ion le secret de sa naissance et lui prédire sa haute des- tinée *. Un tel sujet était par lui-même peu tragique. En y introduisant l'erreur et la jalousie de Creuse avec ses conséquences, Euripide n'a pu remédier qu'en partie h ce défaut. Ce qui fait le mérite propre do sa pièce, c'est d'abord le charme religieux de la première partie, la grâce ingénue du jeune prêtre, la description du temple au lever du jour ; c'est ensuite Taimable sagesse d'Ion, son aversion naturelle pour la haute fortune qui s'ofiFre à lui; ce sont enfin les péripéties du rôle maternel de Creuse. Imparfaite dans l'ensemble, cette tragédie n'en est pas moins une de celles qu'on lit toujours avec plaisir. Racine s'en est inspiré dans Athalie,

Les Phénicieiines (^fotvtcçai) furent jouées moins de huit ans avant les Grcnoiiilles d'Aristophane, par conséquent après il 3 ^ Le sujet est celui des Sept contre Thèbcs d'Eschyle, mais étendu à tel point qu'on a pu dire que le poète avait réuni dans sa pièce toute la guerre de Thèbes ^ Ce qui lui appartient en propre, c'est le rôle de Jocastc, ce sont les efl*orls infructueux qu'elle fait dans la première partie de la pièce pour réconcilier ses deux

1. Protagoniste, Ion, -vieillard; deutéragoniste. Creuse; triiagoniste Hermès, Xouthos, serviteur, Pythie, Athéna.

2. Seul. Aristoph. GrenouHles» 53. Le second argument de la pièce, attril)ué à Aristophane de lîyzance, contient une didascalîe fort al- térée, qui rapporte les Phéniciennes à Tarchontat de Nausicratès. Ce nom d'archonte est inconnu.

3. ApoU. de Synt. I, 20 : A\ <ï>oiviff(r«c E-jptir(8ou irepiéxo^^O'i xbv 8tj- 6aïxbv uôXejJLOv.

�� �