Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SA LANGUE 343

VIII

Novateur dans le lyrisme tragique, dans la représen- tation des sentiments et dans la structure du drame, Eu- ripide ne le fut pas moins dans la langue qu'il fit parler à ses personnages; et cela d'après les mêmes principes ou les mêmes instincts.

Son mérite propre, d'après Aristote, c'était de laisser croire au public qu'il parlait comme tout le monde tout en s*exprimant d'une manière plus relevée; illusion qui était produite surtout par la manière dont il arrangeait des éléments empruntés au langage familier *. Il y a en effet chez lui moins de termes poétiques mêlés aux mots de l'usage commun qu'il n*y en a chez Sophocle ^. Mais la différence entre eux provient moins encore du choix des mots que de l'emploi qui en est fait. D'une manière géné- rale, la faconde parler d'Euripide est moins synthétique que celle de Sophocle, elle divise ce que l'autre assemble, et par là elle se rapproche de la prose. Celte tendance a SCS avantages et ses inconvénients. L'expression n'a pas la même plénitude ni le même éclat, mais elle dégage plus nettement les idées les unes des autres, elle les présente sous des aspects moins recherchés, et par conséquent elle est plus claire ^ La phrase d'Euripide plaît surtout par le naturel et l'aisance ; bien que spirituelle et incisive,

1. Aristote, Rhétor. III, 2 : KXéitxexat S' eZ èav rt; 1% tt^ç elwÔuéaç 8ta- XÉxTOU èxXéyaîv auv-rtO?}' ôitep EOpiTctÔTfji; Tcoieï xa\ vTceÔeiÇe irpwTOÇ.

2. Quintil., X, 1, 68 : Namque is et in sermone (quod ipsum repre- hendunt quibus gravitas et cothurnus et sonus Sophoclis videtur esse sublimior) magis accedit oratorio generi.

3. Dion Ghrysost., Disc. LU, 14. — Comparer par exemple ces deux passages sur les conséquences de raù6a5éa. Sophocle {Antig. 1028) dit : Av6a5ta xot (rxai6Tir)T' ôçXio-xàvet. « Trop d'attachement à ses propres vues risque de passer pour maladresse brutale »; Euripide {Médée^ 223) : Oùô* àaTov ri^yea' ôanç aOôdÔYi; teyàiç Ilixpbt; uoXkai; ècttiv (X(xa6ta<; uito. Les deux pensées, quoique assez différentes, sont de même nature ; le procédé d'expression est dissemblable.

�� �