Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/378

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


366 CHAPITRE VIII. — TRAGIQUES DE SECOND RANG

dehors de la mythologie et do Thistoire. Dès lors, ses personnages ne pouvaient êire nî des héros ni des rois ; avait-il invente la tragédie bourgeoise ? Ou bien le drame d'Eschyle, de Sophocle et d'Euripide se transformait-il en une sorte de féerie ? Entre ces deux conjectures, il est impossible de se prononcer : nous soupçonnons un essai digne d'attention, nous n'avons aucun moyen ni delà définir, ni de l'apprécier.

Une autre innovation bien curieuse d'Agathon fut de substituer aux stasima du chœur, plus ou moins liés à l'action, des morceaux de chant qui n'avaient plus aucun rapport avec le sujet de la pièce *. C'étaient de simples intermèdes (6[xê6Xi|j!.(x) qui pouvaient être transférés sans inconvénient d'une tragédie à une au- tre. Il résultait de là que les épisodes étaient bien plus isolés les uns des autres, ce qui revient à dire que la di- vision future en actes commençait à se montrer sous l'an- cienne construction dramatique presque disjointe. Dans ces intermèdes, comme sans doute aussi dans le chant des acteurs, les fantaisies musicales qui étaient alors à la mode se donnaient beau jeu. Agathon, le premier, dit-on, introduisitdans la tragédie le genre chromatique *. Sa musique visait à une finesse d'expression et sans doute aussi à une sorte de virtuosité qui offensait les repré- sentants d'un goût plus sévère; elleaimaît àcourir à tra- vers ces mille détours capricieux qu'Aristophane appelait joliment « des sentiers de fourmi ^ » De même que la mu-

1. Aristote, Poétique, c. 18 : Toî; 6» Xoiuoï; zk à86|j.eva où (jlôcXXov toO piuOoy Y) ocXXyjç Tpa^wSiaç iaii' 8tb £pl66Xi(j.oc aSouo-t, upcotou éép^avroç 'Aya- Owvoç ToO Toioyrou.

2. Plutarque, Moralia, p. 645 E : ToO xaXoO 'AYaÔwvoç, 8v irpârov elç Tpa^wSiav <pa(Tiv èpiêaXeïv xat yiro[jLÏ$at xb xP'J^H-aTtxbv fixe toùç Muaoùc é8{6a(Txev.

3. Aristophane, Fêtes de Déméter, 100 : [x\5p[XTfixo; àrpairouç. Ce pas- sage nous offre la parodie d'ua chant ou plutôt, comme dit encore le spirituel comique, d'un u gazouillement m d'Agathon.

�� �