Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/421

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SA STRUCTURE 409

sîmon abrégé et simplifié. — Second épisode de 107 vers ; Ulysse sort de la grotte, bouleversé, raconte com- ment le Cyclopo vient do dévorer deux de ses compagnons, et rapidement prépare sa vengeance en distribuant les rôles à ceux qui l'entourent ; suit un second chant libre, fort peu étendu, qui est, lui aussi, comme un stasimon, plus abrégé encore. — Troisième épisode de 110 vers; au début, le Cyclope, ivre, échange un couplet avec le chœur, puis Ulysse le fait boire et boire encore ; enfin le Cyclope entre dans la grotte pour dormir, suivi d'Ulysse, et le chœur chante son troisième stasimon (de 13 vers) tout à fait analogue aux précédents. — Un quatrième et dernierépisode,de85 vers, nous montre la lâcheté des sa- tyres, qui reculent au moment d'agir, et par contraste le sang froid et la présence d'esprit d'Ulysse, qui conduit tout résolument; la vengeance s'accomplit derrière la scène; le Cyclope ressort alors et il est insulté par Ulysse et les satyres, qui s'éloignent ensemble pour s'embarquer. Ce simple aperçu analytique montre immédiatement que le drame satyrique était, quant à sa structure, une sorte de tragédie, réduite et resserrée dans toutes ses parties. Le plan d'ensemble est le même et les membres se correspondent exactement. Nous y trouvons un prolo- gue et quatre épisodes, c'est-à-dire une division générale en cinq parties; mais aucune de ces parties n'a l'étendue qu'elle aurait normalement dans une tragédie. L'élément lyrique est plus réduit encore que l'élément dramatique proprement dit. La parodos seule est développée, et, seule aussi, elle semble avoir été accompagnée de dan- ses. Les chants qui servent de stasimasont tous extrême- ment courts et ils n'ont pas la forme antistrophiquo. En fait de dialogue lyrique, une strophe seulement avec une double antistrophe (495-518), et en outre une demi-dou- zaine de vers libres mêlés à l'action (656-662). D'ailleurs le drame satyrique n'a rien qui lui soit propre, comme

�� �