Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/488

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


476 CHAPITRE XI. — COMÉDIE ANCIENNE

de plus. Par exemple, dans les Acharniens d'Aristophane, les premières scènes ont lieu à Athènes, dans le Pnyx ; puis nous sommes à la campagne dans l'enclos de Dicéo- polis, et celui-ci trace sur le théâtre les limites d'un ter- rain neutre qu'il appelle son marché ; sur ce ter- rain on voit arriver une foule de gens qui dans la réalité ne pourraient y paraître, les uns parce qu'ils sont en même temps dans leur maison de ville, comme Lama- chos ; les autres, comme le Mégarien ou le Béotien, parce qu'ils auraient à traverser un territoire ennemi. Vouloir concilier tout cela comme l'ont tenté trop de commenta- teurs, c'est méconnaître absolument l'esprit de la comé- die ancienne. Celle-ci touche à la réalité, mais, loin de s'y enfermer, elle en sort quand il lui plaît, et cela lui plaît perpétuellement. Comme on n'exigeait aucune vraisem- blance dans les allées et venues des acteurs, il eût été pué- ril d'en demander dans les décors. Le public, qui était en beJhî humeur, se prêtait atout, en fait d'invraisemblance et d'incohérence. Voilà pourquoi c'est faire une sorte de contre-sens que de s'attacher dans des restaurations ima- ginaires à une exactitude matérielle qui eût alourdi ma- ladroitement d'aussi folles inventions. Quelques décors très simples, un groupe de maisons, un temple, une ca- bane, et en général peu ou point de perspective lointaine et presque point de machines, c'est là ce qui convenait le mieux à ces chefs-d'œuvre de joyeuse extravagance *. Si des conditions extérieures de la comédie nous pas-

i. L'emploi (les machines dans la comédie n'était guère autre chose qu'une parodie de la tragédie. Agathon, apparaissant sur un eccyclème dans les Fêtes de Démêler, faisait songer plaisamment aux exhibi- tions tragiques qui avaient lieu par le même procédé; et Trygée, en- lev<) au ciel sur son escarbot, était l'amusante contrefaçon du Bellé- rophon d'i'Juripide traversant les airs sur Pégase. Le fantôme colossal d'Kiréiu'î, dans la Paix d'Aristophane, parut extraordinaire aux contemporains : Eiipolis et Platon s'en moquèrent (Didot, SchoU grœc. in Arisloph., Proleg. XIII fin).

�� �