Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/491

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


FORME DES REPRÉSENTATIONS 479

moineaux effarés *. En général, le chœur comique, quel qu'il fût, ne demandait qu'à danser et à s'agiter. De nom- breux passages dans les pièces d'Aristophane font allu- sion à ces danses * ; et do ceux-là on peut conclure à beau- coup d'autres. Toutefois nos renseignements sont insuffi- sants pour établir une classification précise de ces danses en rapport avec la division des pièces. Le caractère même de Torchestique dans la comédie ne nous est connu que d'une manière générale. On nous dit bien que le xopSaÇ était par excellence la danse comique ^; mais il ne résulte pas de là que ce fût la seule dont elle fit usage. D'ailleurs le cordace — ou plutôt, comme dit PoUux, les cordaces — constituait sans doute un genre dont les espèces étaient assez nombreuses et variées. C'était une sorte de sarabande, violente et déréglée jusqu'à l'obscénité, et ca- ractérisée principalement par des déhanchements et des bonds^. 11 est clair qu'une telle danse ne pouvait en au- cune façon convenir aux passages où la comédie af- fectait une certaine gravité. II y avait des marches rythmiques presque solennelles, comme par exemple l'en- trée des Nuées dans la pièce qui portait leur nom; puis des pas plus rapides, mais pourtant assez graves encore, comme quand le chœur des femmes, dans les Fêtes de Déméter d'Aristophane, célébrait la danse sacrée*. Enfin,

1. Oiseaux^ 307: Ola TctuTcl^oyci xal tpé^oyci ôiaxexpay^xsç.

2. Paix, 324, 776; Grenouilles» 326, 675, 914 ; Ploutos, 291 ; Acharniens, 346 ; Fêtes de Déméter, 659, 956; Assemblée des femmes, 1165 ; Guêpes, 1520.

3. PoUux, IV, 99 ; Lucien, Dame mimique, 22, 26; Anecdola de Bekker, p. 101, 6.

4. Schol, Arisloph. Nuées, 540 : K«^p5aÇ xwjiixy), vjxtç alcxpûç xivet xriv ôffçCv. Eupolis, fr. 77 Kock : O; xaXwç |j.èv Tyji7rav(i;etç — xal 6ia- t{;aXX6t TptYtovotç — xàutxiveïç taïç xo;(c6vat; — xal TcetÔeiç avto (txêXt), L'expression x6p5ax' êXxeiv indique un dgûlé, une chaîne de danseurs. Les mots xoOçov èÇopjiav 7c6Ôa (Aristoph. Fêtes de Déméter, 659) nous donnent une idée des mouvements.

5. Fête de Déméter, 947. Danse sacrée des initiés. Grenouilles, 382i

�� �