Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PHRYNIGHOS 47

ques, étrangers à l'histoire du drame. Un de ces fragments, cité ailleurs ^ nous révèle un véritable poète, gracieux et moqueur. En se plaignant des empiétements de la mu- sique sur la poésie dans l'hyporchème, Pratinas y fait preuve d'une spirituelle fantaisie.

Un grand poète nous reste à nommer : c'est Phryni- chos. Athénien de naissance, fils de Polyphradmon, et père lui-même d'un autre Polyphradmon qui devint aissi poète tragique, il fut l'élève ou en tous cas l'héritier de Thespis. Sa première victoire est rapportée par Suidas à la 67« Olympiade (512-509 av. J.-C.)2. Sa Prise de Milet dut être jouée peu après l'événement qu'elle représentait, vers 494. L'émotion profonde qu'elle causa est attestée par Hérodote ^ Les Athéniens s'irritèrent de ce qu'on leur avait mis sous les yeux un désastre dont ils se sen- taient en partie responsables : ils frappèrent le poète d'une amende. Nous avons déjà vu qu'un témoignage ancien le faisait figurer à côté de Chœrilos dans la 74« Olympiade (484-481). En 476, sous l'archontat d'Adi- mante, eut lieu son plus beau triomphe. Thémistocle, tout fier de sa récente victoire, remplissait les fonctions de chorège de sa tribu. Une pièce de Phrynichos fut représentée par ses soins et remporta le prix. Tout fait supposer que c'étaient les Phéniciennes, véritable tra- gédie de circonstance, qui célébrait le glorieux chorège sans le nommer ^. Phrynichos était alors âgé. Nous igno- rons la date de sa mort qui eut lieu en Sicile ^ Il dispa-

1. Tome II, p. 8, note 1. Pour le texte, voir Bergk, Poetae lyrici grxciy III, p. 577 et suiv. (4« éd.).

2. Suidas, <^puvr/oç.

3. Hérodote, VI, 21 : 'Eç Saxpua sTceae xo 6éy)Tpov. Cf. Strabon, XIV, p. 635; Plut. AfomZfa, p. 814 B; Elien, Hist. variée, XIII, 17; Schol. Guêpes, y, 1490; Ammien Marcellin, XXVIII, 1, 4.

4. Plutarque, Thémistocle, c. 5.

5. Anonyme Ilepl xwiJLwSiaç, III, 10. Le mot tronqué.... çpà8jiovoç, débris de IloXuçpàSjxovoç, montre qu'il s'agit bien là de Phrynichos le tragique et non du poète comique du même nom.

�� �