Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/625

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


MÉNANDRE 613

cinquante-deux ans, vers 292, environ trente ans avant son rival *.

Aucune pièce de Ménandre n*est venue jusqu'à nous ^. Mais^ nous le retrouvons encore jusqu'à un certain point chez Plante et Térence; le premier lui a emprunté ses Bacchides (Alç eÇaTraTwv) et son Stichtis (<ï>tXiSeX(po;), peut-être aussi son Pœnulus (Kap/;YiS6vio;) ; le second lui a dû son Andrienne, ses Adelphes et V Homme qui se punit lui-même. En outre, il nous reste un grand nombre de fragments des pièces perdues. Parmi ceux-ci, il faut distinguer les Sentences monostiqiies (rv(o[xat [/.ovoGTiyoi), recueil de sentences formé probablement à Tépoque ro- maine, où dos vers de Ménandre se trouvent mélangés à d'autres de provenance inconnue.

Entre tous les mérites de Ménandre, les plus difflciles à apprécier pour nous sont ceux qui se rapportent à la structure même de ses pièces. A défaut de témoignages explicites, c'est par les imitations de Térence surtout que nous pouvons nous former une opinion sur ce point. U Andrienne, V Eunuque^ V Homme qui se punit lui-même , les Adelphes sont remarquables par une manière sûre et nette de poser le sujet et d'en conduire le développe- ment. Dès le début, une situation intéressante est ex- posée; l'action qui en résulte marche vivement ; tout est clair, alerte, bien proportionné ^; les incidents sont comi-

1. Chronique versifiée d'Apollodore, dans Aulu-Gelle, />a55. cité. La notice Didot (Prolég. III) porte v!;' (=57), que Bekker a corrigé en vê' (=: 52), en raison du témoignage précis d'Apollodore, dont le chiffre est certain puisqu'il était énuméré en noms de nombre dans un vers. Cf. Pltttarque, Compar. d'Arîstoph. et de Ménandre, 2.

2. Au XVII» siècle encore, s'il faut en croire le témoignage do Léo Allatius, qui était préposé à la bibliothè [ue du Vatican, vingt-trois pièces de Ménandre subsistaient à Constantinople (Fabricius, Bihliolh. gr., X, 69).

3. Faisons exception pour une partie àeV Andrienne, où l'intrigue, quoique comique, est un peu subtile et embrouillée. Mais Térence a môle à V Andrienne de Ménandre des scènes de sa Périnthienne. Nous

�� �