Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE THÉÂTRE 69

V® siècle. C'était en quelque sorte la machine théâtrale par excoUence K

Ajoutons, pour compléter ceci, que le théâtre grec ne semble pas avoir eu de rideau. II n'est question nulle part de rien de semblable.

Outre Torchestra et la scène, les textes anciens men- tionnent, comme une des parties du théâtre, la thymélé (Ouji.sX'jfi). Rien de plus obscur que le sens de ce mot^. Il est probable que la contradiction apparente des témoigna- ges anciens sur ce point provient surtout de ce que le terme en question a passé peu à peu d'un sens étroit à un sens de plus en plus étendu. A l'origine, on a dû appeler thymélé^ comme l'indique Tétymologie, un autel. Ce nom s'appliquait spécialement à celui autour duquel dansait le chœur dithyrambique, et, par un abus naturel, à la place de danse qui l'entourait^ Quand la tragédie succéda au dithyrambe, et quand le chœur prit la forme quadrangulaire, l'autel fut sans doute déplacé, et l'ancien nom de thymélé passa à la partie de l'orchestra où il s'é- levait^. Mais, dans l'usage courant, on désigna souvent de

1. Snr l'eccyclème, voir A. MûUer, ouv. cité, p. 412 et suiv. Il sem- ble d'après le scholiaste d'Aristophane, Achamiens, 408, qu'il y ait eu des eccyclèmes tournants. PoUux prétend qu'on plaçait une machine de ce genre derrière chacune des trois portes. Gela est bien invrai- semblable. Aucune tragédie subsistante en tout cas n'autorise à croire à l'emploi simultané de plusieurs eccyclèmes. — Godefr. Her- mann niait complètement l'existence de l'eccyclème ; cett^ opinion a été reprise récemment, sous forme atténuée, par M. Neckel {Dos Ec- cyclema, Friedland, 1890) et approuvée par M. Dôrpfeld {Berliner philol. Wochenschrift, 1890, p. 1434). Ge qui est vrai sans doute, c'est que cette machine, fort simple au début, n'a été perfectionnée qu*au temps de la guerre du Péloponnèse.

2. Les principales opinions divergentes sont exposées dans A. Mill- ier, 0. cilé, p. 128 et suiv.

3. C'est ainsi qu'il est employé par Pratinas (Athén. XIV, 8, p. «17 G).

4. Quelle était au juste cette partie? G'est ce qu'il me parait impos- sible de dire quant à présent. On peut simplement conjecturer <ïue l'autel était près de la scène et entouré d'un degré. PoUux, IV, 123.

�� �