Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


74 CHAPITRE III. — CONCOURS TRAGIQUES

était appelé maître ou instructeur du chœur (jropoSiSàc- xaXo;) ^ Mais à côté des indications générales données par le poêle, il fallait des exercices répétés, tout un en- seignement quotidien, très minutieux, qui demandait de l'expérience technique et de la patience. De bonne heure il y eut à Athènes des gens spéciaux pour se charger de tous ces soins et s*en faire un métier. Au iv® siècle, plu- sieurs témoignages nous font voir que quelques-uns d'entre eux avaient une réputation établie et que les cho- règes, jaloux du succès, se les disputaient ^ Ces instruc- teurs subalternes étaient à la fois des maîtres de chant et des maîtres de ballets ^ Au reste, ils ne paraissaient pas dans la représentation. Pour celle-ci, le chœur tra- gique avait un chef, appelé coryphée (xopuçxîoç), et peut- être, à partir de Sophocle, deux sous-chefs ou parastates (TCocpocGTaTai). Ni le coryphée ni les parastates n'étaient des maîtres. Préparés eux-mêmes par le chorodidascale et comparables à nos premiers sujets, ils avaient la charge des parties les plus difficiles du rôle choral. De plus, c'étaient eux qui conduisaient leurs camarades et qui souvent parlaient en leur nom commun.

Le costume des choreutes variait naturellement selon les pièces. Dans certaines tragédies il comportait un arrangement plus ou moins fantastique. Les Erinnyes, dans les Euménides d'Eschyle inspiraient l'effroi par leur seul aspect^; les Bassarides et les Bacchantes, dans les

1. Harpocration, v. 6i5a<TxaXo; ; notice reproduite par Suidas, v. Si6à<TocaXov.

2. Sannion est cité dans Démosth., Midienne, 58; Fte d'Eschine, p. 269, 26, Weçtermann; Gléénète, dans Eschine, c. Timarque, 98. Il semble que ces praticiens aient élé désignés proprement par le nom de uTco8i6a(rxaXot. Voyez les lexiques de Photius et d'Hésychius, à ce mot. — Cf. Pollux, IV, 106 ; Platon, /on, p. 536 A; GlA II, 551.

3. Photius, Lexique, Ô7:o5i8a<TxaXo;.

L Euménides, v. 46 et suiv., 192, 872. Cf. Vie d'Eschyle, p. 468, 10, Wecklein, et Pausanias, I, 28, 6.

�� �