Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


duisit un second ; Sophocle, un troisième K Ce nombre de trois acteurs est resté le nombre normal pour toute la période classique à partir des débuts de Sophocle en 468. Eschyle ne put profiter du troisième acteur que dans ses dernières pièces. Mais, après lui, tous les poètes dramatiques en firent usage. D'autre part, ce chiffre de trois ne fut jamais dépassé, sinon peut-être dans des cas tout à fait exceptionnels ; c'est encore le seul qu'Aristote ait en vue dans sa Poétique.

Le nombre des rôles dans chaque pièce a été constamment très supérieur à celui des acteurs . A l'origine, quand le poète ne disposait que d'un seul acteur, il lui attribuait déjà plusieurs rôles. Lorsqu'il y eut plusieurs acteurs, les rôles se partagèrent entre eux, et le partage se fît naturellement dans des conditions d'inégalité qui donnèrent lieu à une véritable hiérarchie. Les rôles longs et difficiles, qui exigeaient un talent supérieur, furent le lot du meilleur acteur, qui prit le nom de protagoniste. Souvent même, ce protagoniste n'eut qu'un seul rôle, assez étendu pour remplir presque toute la pièce, tel que celui de Prométhée par exemple. Les rôles secondaires furent dévolus d'abord au deutéragoniste seul; puis partagés entre lui et le tritagoniste^ toujours d'après le même principe. Dans cette répartition, la dignité du personnage n'était rien, et la valeur dramatique du rôle était tout ^ Outre ces trois acteurs, il pouvait

1. Aristote, Poétique^ IV, 16. Cf. Diog. Laerce, III, 56.

2. Les rôles de tyrans étaient souvent attribués au tritagoniste : Démosth. Ambass.,2kl\ Couronne, 180. Le protagoniste pouvait être par conséquent le sujet ou le serviteur du tritagoniste ; Plut. Préceptes sur le gouvem.f p. 816 F. — Si le principe est incontestable, l'application qu'on en peut faire aux pièces subsistantes, en l'absence de témoignages précis, est toujours conjecturale. Les principales monographies sur ce sujet sont : K. Fr. Hermann, De distributione personarum inter histriones in tragœdiis grâscis, Marburg, 1842 ; J. Richter, Die Vertheilung der Rollen unter die Schauspieler der griech.