Page:Croiset - Manuel d’histoire de la littérature grecque, 10e éd.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

MANUEL D’HISTOIRE
DE LA
LITTÉRATURE GRECQUE



CHAPITRE I
LES ORIGINES[1]
SOMMAIRE
I. La race. Son origine et sa formation. — II. Premières créations du génie grec. Traditions légendaires : les chanteurs thraces, Orphée, Musée, etc. ; la poésie délienne, Olen, Hymnes primitifs. — III. Indices historiques de l’existence d’une poésie primitive. — IV. Formes les plus anciennes de la poésie narrative. — V. Autres formes de poésie. Origines du lyrisme.

1. La race. Son origine et sa formation. — La race hellénique appartient à la grande famille aryenne. Dans cette famille, elle forme avec la race italique un groupe distinct, caractérisé par l’étroite affinité des idiomes et par celle des principales conceptions religieuses.

Comment et en quel temps cette race s’est-elle établie sur le sol de la Grèce ? Quelles y ont été les phases de son développement ? Par quels progrès son caractère original

  1. Pour les notions générales sur la race grecque, ses origines, ses migrations, nous nous contenterons de renvoyer aux histoires de la Grèce les plus récentes, en particulier à celles de Beloch, de Busolt, de Pöhlmann. Sur les dialectes, consulter l’ouvrage de R. Meister, Die griechischen Dialecte, remaniement du De Græcæ linguæ dialectis d’Ahrens (Gœttingen, 1830) et celui d’O. Hoffmann, Die Griechischen Dialecte in ihrem histor. Zusammenhange.