Page:Cros - Le Collier de griffes, 1908.djvu/237

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Alors le prince P dit au prince T :

— Tu trouveras le sabre dans l’antichambre, au coin à droite. N’oublie pas la loi.

Le prince T trouva le sabre et courut aller voir si sa femme dormait Elle dormait. Il mit le sabre à côté du lit, et s’endormit.

À trois heures du matin, la princesse I se réveilla en souriant à la vue du sabre, et le prince T vit qu’elle avait une chemise (bien légère). Elle dit :

— J’ai assez dormi, allons danser ! Laissez-moi me lever, attendez-moi en bas.

Et vite, elle roula la chemise et la mit dans un bouquet de marjolaine qui était là tout exprès. Elle passa son manteau perlé, et descendit.

En entrant dans le bal, elle donna à la princesse OU, qui dansait sa centième valse, le bouquet de marjolaine, en disant :

— Va vite te coucher, il est tard ; n’aie pas peur, ton prince te suit

Oh ! elle avait bien peur, la princesse OU ; elle aurait voulu se sauver. Mais le bois est là-bas, bien noir, et si mouillé !

Le prince T dit au prince K :

— Le sabre est dans l’antichambre, au coin à droite. N’oublie pas la loi.

La princesse OU dormait dans sa chemise (si légère) quand le prince K vint dans la chambre. Il tira le. sabre du fourreau, et s’endormit.