Page:Curchod - Réflexions sur le divorce, 1881.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
61
sur le divorce

de ses enfans. La nature, qui devient ainsi le garant et l’interprète de l’amour conjugal, se plaît à consacrer de son inimitable pinceau les chastes sentimens d’une femme fidèle ; et tous les regards que jette un père attendri sur des fils qui lui ressemblent retombent sur leur mère avec une nouvelle douceur. Il est inutile de répéter que les changemens de familles, que de nouveaux liens et de nouvelles adoptions, mettent obstacle à toute l’illusion ou à toute la réalité de ces touchantes jouissances. Le génie hardi de Rubens forma l’entreprise, à peine concevable, de rendre sur la toile les sentimens de deux époux qui reçoivent du Ciel favorable à leurs vœux le premier gage de leur mutuelle affection, la première reproduction de leur être. Regardez ce tableau dans la galerie du Luxembourg, portez toute votre attention sur cette jeune reine qui sourit, au milieu des plus grandes douleurs, dans l’espoir d’être bientôt mère et d’ajouter un lien à ceux de l’amour et du devoir. Timante voila le visage d’Agamemnon prêt à perdre sa fille sous le couteau de Calchas, car il ne put parvenir à représenter l’affliction d’un père portée à son dernier terme.