Page:Démia - Trésor clérical, 1682.pdf/666

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DES MAVCLERCS
OV DES
MAVVAIS ECCLESSIASTIQVES.



L’HISTOIRE de S. Louis raporte qu’vn prince de sa Cour, ligué auec quelques mescontans, quitta le seruice du Roy pour troubler l’Estat par diuerses factions, ayant fort-mal reussy, il fut lors au langage du temps surnõmé Mauclerc, c’est à dire mauuais Clerc, parce qu’estant d’ailleurs assez intelligent aux sciences, il auoit en ce dessein procedé en tres-mal’habil homme au dire des Escriuains.

Ce nom de Mauclerc ne conuiendroit encor pas mal auiourd’huy à plusieurs Clercs & Ecclesiastiques, qui en leur morale ne pechent pas seulement par ignorance, mais ils y adioutent des actions si licentieuses, qu’ils se rendent la honte de leur profession, le scandale de l’Eglise, & l’opprobre de tous les gens de bien.

En toutes les Ordinations en vain l’on Escrit, l’on parle, l’on declame contre ceux qui ne portent tonsure ny soutanne : Ces galans Clercs ne laissent pas de s’exposer par tout en habit ambigû, ou plustot en mascarade continuelle, il ne sont pas assez braues pour des Caualiers, ny assez modestes pour des gens d’Eglise ; Et ce qui est plus surprenant, c’est que tels ont esté veus en surplis seruir aux fonctions des moindres Ordres, que trois iours apres ils ont parû en chapeau gris, en iustaucorps de velours, en habits & rubans des plus hautes couleurs : d’autres ont dansé en plain bal sans respect du sacerdoce qu’ils portoient, d’autres vestus en boufons le masque sur le nez ont passez les nuicts entiers à courir les rües & les assemblées & tous ont