Page:D - La Comtesse de Lesbos, 1889.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


un enchevêtrement de membres, un enlacement de corps, exhibant leurs appas nus, dans des postures bizarres et plaisantes. Les mappemondes des écuyères bondissent sur les croupes, avec un bruit de chaias craquées, que font les cuisses, en retombant avec force, imprimant à chaque chute un brusque mouvement à leurs montures ; puis, cessant leurs bonds, elles se frottent lascivement sur les reins, balançant leurs fesses dans un dandinement voluptueux, qui annonce la venue du moment psychologique. Je ramène mes regards sur les charmants objets qui s’étalent au-dessus de mon nez. La saillie de la belle gorge de Blanche, m’empêche bien un peu de voir les beautés de là-haut ; cependant, à travers la vallée formée par l’écartement des deux globes, j’aperçois un coin de la fente, où se remue un petit bout de langue rose, qui se promène sur le bouton avec une agilité remarquable. Absorbé maintenant par ma douce besogne, je n’ai pas de cesse que je ne sente le clitoris se trémousser sous ma langue ; et soudain, comme si tous nos organes étaient reliés par un fluide magnétique, gamahuchées, écuyères,