Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


déjà par un ſecret penchant vers l’art du ciſeau, demanda à s’y exercer.

Quand on eſt bien avancé dans la partie du Deſſein, il n’eſt gueres plus difficile d’apprendre à manier l’ébauchoir que le crayon & le pinceau. Les circonstances ſeules fixent le fort des Peintres & des Sculpteurs. Il eſt peu d’habile élève dans l’art de Phidias qui n’eut réuſſi dans l’art d’Apelle, & peu de diſciple digne d’être avoué par Apelle qui ne ſe fût diſtingué dans le talent de Phidias. La Peinture & la Sculpture, ces deux ſœurs amies, quoique rivales, ſe tiennent par la main, ſe dirigent par les mêmes principes, s’éclairent des mêmes lumières : le même génie anime leurs productions.

Carle étudie chez le Gros avec autant de ſuccès qu’il avoit étudié chez Lutti. Sous ce maître il n’avoit appris qu’à deſſiner, ſous l’autre il modele. Déjà il ſculpte la pierre, le bois, peu s’en faut qu’il ne travaille le marbre. Ces anecdotes, dont il nous a ſouvent entretenus, ſont confirmées par l’intelligence avec laquelle il a modelé dans la ſuite d’après Nature & fait pluſieurs Maquettes pour de grandes compoſitions. Son