Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
de Carle Vanloo.

Le tourbillon des diſſipations, où le jette cet exercice, ne lui fait jamais perdre de vue le point eſſentiel, que l’intérêt de ſa gloire lui présente à chaque inſtant. Il en donne la preuve par un ſuccès nouveau. Le concours au prix de Peinture eſt ouvert. Carle eſt admis, il combat, il triomphe, il est couronné[1]. Son Tableau, que l’on voit dans le Cabinet d’un Curieux[2], préſente tout à la fois un goût de deſſin correct, ſvelte ; une compoſition neuve, bien raiſonnée ; un coloris ſuave, brillant ; une intelligence harmonieuſe & ſéduiſante[3].

Satiſfait d’un événement favorable à ſes vues, flatté de pouvoir prétendre, au droit de retourner à Rome & de s’y perfectionner à l’aide des bienfaits du Roi, il tente les moyens convenables à ce projet, mais les circonstances ne le ſservirent point. Ce fut alors qu’on lui vit faire ces portraits deſſinés, dont les têtes, quoique, très-petites, étoient de la plus exacte reſſemblance. Soit que les figures fuſſent en pied, ou aſſiſes, il les

  1. En 1724.
  2. M. Cayeu Sculpteur.
  3. Les Sodomites frappés d’aveuglement. Tel eſt le ſujet de ce Tableau.