Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
Vie

C. Vanloo a ſouvent varié le ſtile de ſon pinceau, ainſi que celui de ſon crayon. Tels ſont les procédés des Génies, dont la ſphere n’a point de bornes. On a des Tableaux de lui exécutés dans la manière vigoureuſe ; d’autres dans le ton argentin & ſuave. Tantôt il imite le coloris, la touche du Guide ; tantôt la pâte, la fonte du Correge. Veut-il traiter un Payſage ? C’eſt Benedetto Caſtillon, ou Salvator Roſa, qu’il a en vue. Retrace-t-il des Animaux ? C’eſt Sneydre, ou des Portes qui dirigent ſon goût. On diroit qu’il ne voit la Nature qu’avec les yeux de ces grands Maîtres : il voudroit réunir leurs divers ſtiles. Le fruit de cette forte d’ambition eſt, que toutes les différentes façons d’opérer de Carle, toutes ſes diverſes manières de deſſiner & de peindre jettent dans ſes ouvrages un goût original, qui n’appartient qu’à lui. Diſons tout : elles ſont ſi admirables, qu’on aurait bien du regret s’il n’avoit jamais eû que la même.

À l’Art de bien deſſiner l’Académie, il joignoit celui de la modeler avec eſprit ; ce qui le mettoit à portée de corriger les Peintres & les Sculpteurs avec une intelligence parfaite. Il avoit un