Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
34
Vie

C’eſt alors que les Etudians, ſentant la perte que l’Ecole faiſoit d’un tel Profeſſeur, murmuroient preſque & ſe plaignoient en ſecret de la place, que l’Académie venoit de lui adjuger. L’intérêt perſonnel rend ſouvent les hommes injuſtes. Les grands principes qu’avoit C. Vanloo, la facilité, l’érudition, l’intelligence qu’il mettoit dans la façon de corriger les Deſſeins, rendoient aux Diſciples la perte de ce Profeſſeur extrêmement ſenſible. Mais il eſt des équivalens à tout. Les diverſes lumières, communiquées dans une Ecole par différens Maîtres habiles, dédommagent avantageusement de celles, que l’on ne reçoit que d’un ſeul. On s’attache alors avec moins de partialité à une manière trop favorite. C’eſt la variété des préceptes, qui dans la République des Arts, forme les différentes claſſes de bons Sujets. Malgré cette variété de maximes toutes également inſtructives, que publient nos doctes Profeſſeurs, il en eſt une ſur laquelle ils ſe réuniſſent tous : c’eſt la néceſſité de la connoiſſance des principes. C. Vanloo l’accréditoit ſinguliérement par ſon exemple. Il n’a ceſſé d’aſſiſter aux Conférences faites pour les