Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
de Carle Vanloo.

tude & par l’élévation du Site ; c’eſt la rampe d’une périſtille. On voit auprès de lui un Domeſtique, qui lui préſente les proviſions & l’argent dont il eſt chargé. Une pauvre femme grouppée avec deux enfans, eſt l’objet actuel de la charité du Saint. La reconnoiſſance avec laquelle la mère reçoit l’aumône, l’empreſſement de la petite fille à la demander, l’avidité du jeune garçon à manger un morceau de pain, retracent par des expreſſions variées & touchantes le beſoin preſſant de cette indigente famille, & jettent un intérêt ſenſible dans la partie la plus avancée & la plus apparente de la compoſition. Un autre grouppe, qui par l’entremiſe de la rampe eſt lié avec les deux premiers, offre une foule de mandians. Ils excitent la commiſération par la vivacité de leurs geſtes. Leur aſſemblage préſente une maſſe de demi-teinte, détachée ſur un fond clair. On apperçoit un coup de Soleil artiſtement placé ſur la partie intérieure du montant d’une arcade perçée à jour. Cet accident colore toutes les Figures, les fait, concourir à l’harmonie générale & à l’induſtrieux ſtratagême qui trompe l’œil du Spectateur.