Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


hommes » et tantôt, c’est « un vieux grigou ». Expliquez-moi ça.

— Je vous l’expliquerai quand vous serez plus grand, m’a-t-elle répondu un jour que je lui demandais la raison de ces appréciations complètement opposées. Et d’abord, si votre grand-père avait le sens commun, il ne mettrait jamais les pieds à Paris, vous m’entendez ? Et vous pouvez dire ça à votre papa de ma part.

Elle le lui a dit elle-même à plusieurs reprises ; elle venait à Versailles exprès pour se plaindre de la conduite du père Toussaint qui passait des trois et quatre jours à Paris.

— Des trois et quatre jours, monsieur, et il était parti pour une après-midi ! Ah ! il me revient chaque fois dans un bel état, je vous en réponds !

— Que voulez-vous que j’y fasse ? demandait mon père, visiblement ennuyé. Ça ne me regarde pas.

— Ça ne vous fait guère honneur, en tout cas, disait Germaine en s’en allant.

Ce qui nous fait honneur, c’est la façon dont nous accueillons les différents plats qu’elle