Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


on l’a mis à toutes les sauces, coupé à toutes les coupes ; on l’a taillé en carrés, en triangles, en pains de sucre, en toupies, en pyramides. C’est triste à faire pleurer. S’il y avait des fleurs, au moins, ce serait un peu plus gai : on pourrait se croire dans un cimetière. Mais on n’a point planté de fleurs. Pas de frivolités ! On a préféré l’utile à l’agréable. On a mis de petits treillages au pied des plantations du modèle des fils et des jardiniers. Les chiens levaient la patte dessus.

Il y a, du côté de l’allée où les marmousets prennent leur bain de pieds, quelque chose d’ignoble. C’est un parterre encadré par des rampes de marbre, lépreuses, moussues, pareilles à des croûtes de vieux fromages. Dans ce parterre, entre des bordures de buis ― toujours ― végètent de misérables arbustes gringalets, tout ronds, tondus à la malcontent, comme des caboches de soldats, et des ifs pitoyables, taillés en pointes ― pointus à y empaler des mécréants. ― Je ne comprends pas qu’on puisse arranger de cette façon des végétaux qui ne vous ont rien fait. Il ont l’air d’être au supplice, ces arbres. J’en ai vu qui leur ressemblaient, dans une boîte champêtre,