Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Pourvu que les Prussiens ne fassent pas ci, pourvu qu’ils ne fassent pas ça…

Il inventait des choses inimaginables. Un jour, il était arrivé à se figurer que Versailles allait sauter.

― Les égouts sont minés ! disait-il. J’en suis sûr. Notre dernière heure est venue.

Ce jour-là, il a changé de ton ― de ton, seulement, car il ne peut plus changer de couleur : il est jaune. ― Il parcourt toute la gamme des jaunes : il a été jaune citrouille, jaune coing blet, jaune panade, jaune citron. Présentement, il est d’une nuance mal déterminée, nuance d’omelette ― d’omelette baveuse. ― Je l’attends au jaune safran.


― Et dire, s’écrie mon père, un matin que presque tous nos amis sont réunis dans le jardin pour prendre l’apéritif, dire qu’il y a des gens qui pactisent avec l’ennemi. Ainsi, pas plus tard qu’hier… Va donc un peu jouer, Jean…

Je m’en vais, mais pas trop loin. J’entends très bien.

― Hier soir, j’avais été faire un tour du côté de la porte de Béthune. Savez-vous qui je