Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




XIV


Le père Toussaint vient d’arriver. Il est dans tous ses états. Il entre en tremblant dans la salle à manger, s’assied dans un coin et, après avoir demandé à mon père si les Prussiens ne rôdent pas par là, si personne ne peut l’entendre, il nous raconte une histoire terrible.

― Tel que vous me voyez, je reviens de chez le général en chef…

Et le vieux désigne d’un geste l’habit noir dont il est revêtu, sa cravate blanche et le chapeau haut-de-forme qu’il a posé sur la table. Nous l’écoutons avec anxiété.

― Hier, à Moussy, on a tiré sur une patrouille allemande… Hier soir, vers huit heures…

― Ah ! s’écrie ma sœur en joignant les mains. Quel malheur !… Quelle catastrophe !…