Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Qu’on s’y perd ? n’est-ce pas, demande en souriant le père Merlin qui est venu nous voir et qui a paru tout étonné de trouver le salon transformé en atelier de couture. Mais serait-il indiscret de vous demander, mesdames, pour qui toute cette lingerie ?

Ma sœur lui fait des réponses vagues. Elle se défie de lui. C’est un mauvais patriote.

Moi, je me défie plutôt de M. Zabulon Hoffner. Il ne me revient pas. Et puis, il a prétendu l’autre jour que je pourrais bien travailler aussi, que ça m’amuserait. Depuis ce temps là, on me fait faire de la charpie et ça m’embête.

Tous les soirs on porte avec mille précautions de gros paquets chez le Luxembourgeois. Et, le lendemain, il arrive, souriant malignement, se frottant les mains, comme s’il était enchanté d’avoir joué un bon tour aux Prussiens.

― C’est parti ! dit-il.


― Où ?