Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le père Merlin s’est assis en face de moi et m’a pris les mains.

― Allons, mon enfant, calme-toi, calme-toi. Et écoute-moi un peu… Tu veux bien m’écouter ? Tu as bien confiance en moi, n’est-ce pas ?

― Oh ! oui, monsieur Merlin ; oui, oui… Je suis bien content que vous me parliez… que vous me parliez comme à un ami, parce que, voyez-vous, je… j’ai trop de chagrin…

Je recommence à sangloter.

― Eh bien ! ne pleure pas. Je vais te parler comme on parle à un ami, comme on parle à un homme, car il te faut maintenant la force, le courage d’un homme, mon pauvre enfant. D’abord, comme je viens de te le dire, il faut te calmer, laisser s’apaiser ta colère, laisser tes nerfs se détendre. Tu es hors de toi ; il faut reprendre possession de toi-même. On juge mal quand on n’est pas de sang-froid… Tu ne veux pas rentrer chez toi pour déjeuner, n’est-ce pas ?

Je secoue la tête.

― Non. Eh bien ! tu vas déjeuner avec moi. Je vais envoyer ma bonne prévenir tes parents que je t’ai rencontré en route et que je te garderai avec moi pendant l’après-midi.