Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


redescendant les trois marches qu’il venait de monter. Eh ! parbleu, naturellement, qu’elle l’embrasse… Un concubinage en règle…

Ah ! c’est ça, le concubinage… Tiens ! tiens ! tiens !… Et Mme Arnal qui disait que c’était si vilain ?… Ah ! ah ! ah !… Un concubinage en règle…


Le moment me semble pourtant mal choisi pour embrasser les Prussiens… Le bombardement de Paris a commencé hier et ç’a été, toute la nuit, un roulement de tonnerre ininterrompu. Je n’ai pas pu dormir. Chacun des coups de canon me faisait tressaillir dans mon lit et je me sentais rougir, dans l’ombre, en pensant que mon père avait aidé à mettre en batterie ces pièces qui crachaient la mort sur la grande ville.

Il a dû gagner de l’argent, avec les Prussiens, car il semble bien joyeux depuis quelque temps. Une ombre, cependant, a passé sur son front, ce matin, lorsqu’il a appris, par deux artilleurs allemands que nous hébergeons, que les obus dépassaient la rue Saint-Jacques. Si le chantier de Paris était atteint ! Dame ! pourquoi pas ? Les artilleurs ont désigné, sur un plan de la