Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rend la France à elle-même. Les élections ont lieu sous la direction du maire de Versailles chargé des fonctions du préfet. Le département de Seine-et-Oise a élu Thiers, Jules Favre et Gambetta. Mon père a voté pour Jules Favre.

Il ne sait pas pourquoi.

M. Legros a voté pour Thiers et il sait pourquoi. C’est pour pouvoir faire un calembour. Le marchand de vins du coin a voté pour Gambetta et M. Legros répète toute la journée, en riant :

― Les marchands de vin aiment Gambetta et les marchands de tabac, Thiers.


L’assemblée ainsi élue doit discuter les préliminaires de la paix. Pour baser la demande d’indemnité qu’ils doivent présenter à la France, les Prussiens font le calcul des dépenses auxquelles ils ont été entraînés pour soutenir la guerre. Ils y ajoutent le montant des contributions et réquisitions de toute nature dont l’Allemagne a été victime, de 1792 à 1815.

― Le compte de la Prusse seule, m’a dit le père Merlin, s’élève à six milliards.