Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tir. La voix de mon père était plus franche. L’effroi que la mort apporte avec elle en assombrissait le ton, mais il ne la mouillait pas, au moins, avec les larmes hypocrites d’un désespoir factice.

― J’ai appris cette nouvelle, continue mon père, hier au soir, vers dix heures, lorsque vous étiez déjà couchés. Je n’ai pas voulu vous en faire part sur-le-champ. Vous n’auriez sans doute pas pu dormir de la nuit…

― Oh ! non… oh ! non… murmure Louise en sanglotant.

― Votre grand-père est mort hier, subitement, d’un coup de sang, à sept heures et demie, après son dîner. Je vais aller à Moussy tout de suite…


Mais Mme de Folbert et son fils font leur entrée, et il faut recommencer pour eux le récit de la mort du grand-père. Ils paraissent profondément affectés. Mme de Folbert déclare que c’est un malheur irréparable.

― Pour les petits-enfants, voyez-vous, rien ne remplace les grands-parents.

C’est aussi l’avis de Louise, car elle continue, dans son coin, à pousser de longs soupirs entrecoupés de sanglots.