Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/165

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Effets de l’usage et du non-usage. 147

usage les diminue ; et, en outre, que ces modifications sont héréditaires. À l’état de nature, nous n’avons aucun terme de comparaison qui nous permette de juger des effets d’un usage ou d’un non-usage constant, car nous ne connaissons pas les formes type ; mais, beaucoup d’animaux possèdent des organes dont on ne peut expliquer la présence que par les effets du non-usage. Y a-t-il, comme le professeur Owen l’a fait remarquer, une anomalie plus grande dans la nature qu’un oiseau qui ne peut pas voler ; cependant, il y en a plusieurs dans cet état. Le canard à ailes courtes de l’Amérique méridionale doit se contenter de battre avec ses ailes la surface de l’eau, et elles sont, chez lui, à peu près dans la même condition que celles du canard domestique d’Aylesbury ; en outre, s’il faut en croire M. Cunningham, ces canards peuvent voler quand ils sont tout jeunes, tandis qu’ils en sont incapables à l’âge adulte. Les grands oiseaux qui se nourrissent sur le sol, ne s’envolent guère que pour échapper au danger ; il est donc probable que le défaut d’ailes, chez plusieurs oiseaux qui habitent actuellement ou qui, dernièrement encore, habitaient des îles océaniques, où ne se trouve aucune bête de proie, provient du non-usage des ailes. L’autruche, il est vrai, habite les continents et est exposée à bien des dangers auxquels elle ne peut pas se soustraire par le vol, mais elle peut, aussi bien qu’un grand nombre de quadrupèdes, se défendre contre ses ennemis à coups de pied. Nous sommes autorisés à croire que l’ancêtre du genre autruche avait des habitudes ressemblant à celles de l’outarde, et que, à mesure que la grosseur et le poids du corps de cet oiseau augmentèrent pendant de longues générations successives, l’autruche se servit toujours davantage de ses jambes et moins de ses ailes, jusqu’à ce qu’enfin il lui devînt impossible de voler.

Kirby a fait remarquer, et j’ai observé le même fait, que les tarses ou partie postérieure des pattes de beaucoup de scarabées mâles qui se nourrissent d’excréments, sont souvent brisés ; il a examiné dix-sept spécimens dans sa propre collection et aucun d’eux n’avait plus la moindre trace des tarses. Chez l’Onites apelles les tarses disparaissent si souvent, qu’on a décrit cet insecte comme n’en ayant pas. Chez quelques autres genres, les tarses existent, mais à l’état rudimentaire. Chez l’Ateuchus, ou scarabée