Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Instincts spéciaux. 293

vingtaine de fourmis esclavagistes qui n’étaient évidemment pas en quête d’aliments attira mon attention. Elles s’approchèrent d’une colonie indépendante de l’espèce qui fournit les esclaves, Formica fusca, et furent vigoureusement repoussées par ces dernières, qui se cramponnaient quelquefois jusqu’à trois aux pattes des assaillants. Les Formica sanguinea tuaient sans pitié leurs petits adversaires et emportaient leurs cadavres dans leur nid, qui se trouvait à une trentaine de mètres de distance ; mais elles ne purent pas s’emparer de nymphes pour en faire des esclaves. Je déterrai alors, dans une autre fourmilière, quelques nymphes de la Formica fusca, que je plaçai sur le sol près du lieu du combat ; elles furent aussitôt saisies et enlevées par les assaillants, qui se figurèrent probablement avoir remporté la victoire dans le dernier engagement.

Je plaçai en même temps, sur le même point, quelques nymphes d’une autre espèce, la Formica flava, avec quelques parcelles de leur nid, auxquelles étaient restées attachées quelques-unes de ces petites fourmis jaunes qui sont quelquefois, bien que rarement, d’après M. Smith, réduites en esclavage. Quoique fort petite, cette espèce est très courageuse, et je l’ai vue attaquer d’autres fourmis avec une grande bravoure. Ayant une fois, à ma grande surprise, trouvé une colonie indépendante de Formica flava, à l’abri d’une pierre placée sous une fourmilière de Formica sanguinea, espèce esclavagiste, je dérangeai accidentellement les deux nids ; les deux espèces se trouvèrent en présence et je vis les petites fourmis se précipiter avec un courage étonnant sur leurs grosses voisines. Or, j’étais curieux de savoir si les Formica sanguinea distingueraient les nymphes de la Formica fusca, qui est l’espèce dont elles font habituellement leurs esclaves, de celles de la petite et féroce Formica flava, qu’elles ne prennent que rarement ; je pus constater qu’elles les reconnurent immédiatement. Nous avons vu, en effet, qu’elles s’étaient précipitées sur les nymphes de la Formica fusca pour les enlever aussitôt, tandis qu’elles parurent terrifiées en rencontrant les nymphes et même la terre provenant du nid de la Formica flava, et s’empressèrent de se sauver. Cependant, au bout d’un quart d’heure, quand les petites fourmis jaunes eurent toutes disparu, les autres reprirent courage et revinrent chercher les nymphes.