Page:Daudet - Le Petit Chose, 1868.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Boucoyran… Boucayran… Sapristi ! tu ne le ménageais pas, le nommé Boucoyran… C’est égal, deux ou trois douzaines de chemises feraient bien mieux notre affaire.

À cet endroit de l’inventaire, ma mère Jacques pousse un cri de surprise…

« Miséricorde ! Daniel !… Qu’est-ce que je vois ? Des vers ! ce sont des vers… Tu en fais donc toujours ?… Cachottier, va ! pourquoi ne m’en as-tu jamais parlé dans tes lettres ? Tu sais bien pourtant que je ne suis pas un profane… J’ai fait des poëmes, moi aussi, dans le temps… Souviens-toi de Religion ! Religion ! Poëme en douze chants ! … Çà, monsieur le lyrique voyons un peu tes poésies !…

— Oh ! non, Jacques, je t’en prie. Cela n’en vaut pas la peine.

— Tous les mêmes, ces poètes, dit Jacques en riant. Allons ! mets-toi là, et lis-moi tes vers ; sinon je vais les lire moi-même, et tu sais comme je lis mal !

Cette menace me décide ; je commence ma lecture. Ce sont des vers que j’ai faits au collège de Sarlande, sous les châtaigniers de la Prairie, en surveillant les élèves… Bons, ou méchants ? Je ne m’en souviens guère ; mais quelle émotion en les lisant !… Pensez donc ! des poésies qu’on n’a jamais montrées à personne… Et puis l’auteur de Religion ! Religion ! n’est pas un juge ordinaire. S’il allait se moquer de moi ? Pourtant, à mesure que je lis, la musique