Page:Daudet - Le Petit Chose, 1868.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



La dame du premier !… Quand le petit Chose lut cette signature, un grand frisson lui courut par tout le corps. Il la revit telle qu’elle lui était apparue un matin, descendant l’escalier dans un tourbillon de velours, belle, froide, imposante, avec sa petite cicatrice blanche au coin de la lèvre. Et de songer qu’une femme pareille avait acheté son volume, son cœur bondissait d’orgueil.

Il resta là un moment, dans l’escalier, la lettre à la main, se demandant s’il monterait chez lui ou s’il s’arrêterait au premier étage ; puis, tout à coup, la recommandation de Jacques lui revint à la mémoire :

« Surtout, Daniel, ne fais pas pleurer les yeux noirs. » Un secret pressentiment l’avertit que s’il allait chez la dame du premier, les yeux noirs pleureraient, et Jacques aurait de la peine. Alors, il mit résolument la lettre dans sa poche, le petit Chose, et il se dit : « Je n’irai pas. »