Page:Daudet - Le Petit Chose, 1868.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


enfin découvert. Cette lettre courte et sans phrases, lui apprenait la disparition de Daniel.

En la lisant, Jacques devina tout. Il se dit : « L’enfant fait des bêtises… Il faut que j’y aille. » Et sur le champ il demanda un congé au marquis.

— Un congé ! fit le bonhomme en bondissant… Êtes-vous fou ?… Et mes mémoires ?…

— Rien que huit jours, monsieur le marquis, le temps d’aller et de revenir ; il y va de la vie de mon frère.

— Je me moque pas mal de votre frère… Est-ce que vous n’étiez pas prévenu, en entrant ? Avez-vous oublié nos conventions ?

— Non, monsieur le marquis, mais…

— Pas de mais qui tienne. Il en sera de vous comme des autres. Si vous quittez votre place pour huit jours, vous n’y rentrerez jamais. Réfléchissez là-dessus, je vous prie… et tenez ! pendant que vous faites vos réflexions, mettez-vous là. Je vais dicter.

— C’est tout réfléchi, monsieur le marquis. Je m’en vais.

— Allez au diable.

Sur quoi l’intraitable vieillard prit son chapeau et se rendit au consulat français pour s’informer d’un nouveau secrétaire.

Jacques partit le soir même.

En arrivant à Paris, il courut rue Bonaparte. « Mon frère est là-haut ? » cria-t-il au portier qui fumait sa pipe dans la cour, à califourchon sur la