Page:Daudet - Le Petit Chose, 1868.djvu/371

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l’embrasser bien fort ; mais il se contient et répond, tranquillement :

— Dame ! écoutez, monsieur Daniel, avant de rien dire, j’ai besoin de consulter la petite… Moi, votre proposition me convient assez ; mais je ne sais pas si la petite… Du reste, nous allons voir, Elle doit être levée… Camille ! Camille !

Camille Pierrotte, matinale comme une abeille, est en train d’arroser son rosier rouge sur la cheminée du salon. Elle arrive en peignoir du matin, les cheveux relevés à la chinoise, fraîche, sentant les fleurs.

— Tiens, petite, lui dit le Cévenol, voilà M. Daniel qui demande qui demande à entrer chez nous pour remplacer le commis… Seulement, comme il pense que sa présence ici te serait trop pénible…

— Trop pénible ! interrompit Camille Pierrotte en changeant de couleur.

Elle n’en dit pas plus long, mais les yeux noirs achevèrent sa phrase. Oui ! les yeux noirs eux-mêmes se montrent devant le petit Chose, profonds comme la nuit, lumineux comme les étoiles, en criant : « Amour ! amour ! » avec tant de passion et de flamme que le pauvre malade en a le cœur incendié.

Alors Pierrotte dit en riant sous cape :

— Dame ! Expliquez-vous tous les deux… il y a quelque malentendu là-dessous.

Et il s’en va tambouriner une bourrée cévenole sur les vitres ; puis quand il croit que les enfants se sont suffisamment expliqués, ─ oh ! mon Dieu !